Pour les partenaires

Pexels photo 219776

ETAPE 1 : Se renseigner sur le trouble

A travers ce site, mais aussi les sites américains, vous trouverez les informations pour mieux appréhender ce trouble et mieux le "comprendre".
Il n'est pas évident de comprendre un trouble obsessionnel compulsif lorsque l'on en est pas victime soi même.
Lisez le, renseignez vous, n'hésitez pas à rejoindre le groupe de soutien ROCD si votre partenaire a été diagnostiqué(e) afin d'avoir un soutien moral et les lumières pour mieux aider votre partenaire.
Echanger permet de se libérer d'un poids mais aussi d'avoir toutes les informations nécessaires afin que votre couple évolue dans le bon sens !

Votre relation a commencé pour une raison :  vous et votre partenaire vous appréciez suffisamment pour approfondir votre relation.
On peut donc supposer que votre partenaire vous a trouvé agréable, sympathique, adorable, charmant ou bien d'autres adjectifs sympathiques.
A moins que vous ayez menti ou dissimulé certains éléments de votre personnalité, qui aurait pu faire perdre les sentiments de votre partenaire à votre égard, il est probable que ces choses n'ont pas changé, et sont toujours présentes dans votre relation.

Que vous soyez le sujet des obsessions négatives de votre partenaire est un indicateur de l'importance que vous avez pour eux.

Les personnes souffrant de TOC développent souvent des obsessions sur les personnes qui leur sont les plus proches et les plus importantes pour eux.

Cette vulnérabilité pourra pousser votre partenaire à ruminer continuellement sur le bien fondé de votre relation dans la mesure où une personne lambda ne se torturerait pas autant l'esprit et la fameuse notion du "quelque chose cloche ...."

Cela peut causer des inquiétudes irrationnelles sur lequel votre conjoint peut ruminer.

Avec ce toc, le patient est souvent incapable de reconnaître que les sentiments «amoureux» réduisent en intensité avec le temps et que c'est normal.
Ils ne peuvent pas concevoir que ces sentiments sont habituellement à leur apogée pendant la première partie d'une relation, mais diminuent naturellement par la suite.

Les sentiments vont et viennent au sein d'une même relation, l'amour est comme une vague, cela monte et descend continuellement.

Le toc évolue par phases, phases basses = ruminations +++ et angoisses +++ (ou irritabilité, colère etc) et phases hautes = ruminations + (en fond de toile) et angoisses ---
Si vous connaissez bien votre conjoint, vous arrivez généralement à repérer les phases, à vous de vous adapter le plus possible en attendant que celui-ci consulte un spécialiste et rentre en rémission.

Les grandes étapes type : mariage, appartement, achat de maison, bébé sont des étapes favorisant le toc.
Ne soyez donc pas étonnés que votre partenaire ne partage pas momentanément votre joie et soutenez le.
Cela ne doit en aucun cas vous empêcher de faire des projets communs !

ETAPE 2 : Ne soyez pas victime du trouble

Les personnes souffrant de ce trouble ont tendance à être beaucoup plus critiques et perfectionnistes que la moyenne.

Il vous faudra vous armer de patience et apprendre à ne pas répondre à votre partenaire lorsqu'il vous posera des questions afin de se rassurer (cela ne veut pas dire ne pas lui parler mais lui faire comprendre à ce moment là, qu'il cherche à se rassurer)
En effet, répondre aux questions de votre partenaire, vous ferait rentrer dans la compulsion du toc or cela pourra le rassurer brièvement mais aura sur le moyen-long terme un accroissement des pensées obsessionnelles.
Ainsi, vous ne devez pas le faire culpabiliser, vous devez lui faire comprendre que ce n'est pas à vous de lui répondre ou de l'aiguiller mais bien à un spécialiste.
Il en va de même pour votre propre santé mentale de vous protéger ainsi.

Le soutenir ne veut pas dire accepter par amour d'entendre tous les reproches que celui-ci vous fait, vous êtes en droit de lui faire comprendre que vous ne souhaitez pas entendre ces ruminations.
N'hésitez pas à vous renseigner sur les psys à proximité référencés sur le site de l'AFTCC, motivez le/la !
Si cela vous intéresse, mettez vous à la méditation ou au yoga pour le détendre, sortez....

Quand une dispute ou une confrontation est soit imminente, ou a déjà commencé, vous devriez vous sortir de la situation rapidement.
Cela signifie marcher, raccrocher le téléphone, ou vous extraire autrement de la situation.
Cela ne signifie pas simplement raccrocher ou sortir sans avertissement.
Aussi calmement que possible, indiquez que vous avez besoin de terminer la conversation, et que vous parlerez à votre partenaire plus tard.
Évitez les explosions qui pourraient être regrettées plus tard, comme "Tu es fou/folle!" "T'es pas croyable" , Ou  autres mots peu sympathiques.
 Ceux-ci sont improductifs et offensants, et ne peuvent qu'aggraver la situation et le toc.
L'objectif est de sortir de la phase basse indemne, et sans blesser votre partenaire.
Mettre fin à la conversation peut être mal accueilli par votre partenaire, mais cela est néccesaire pour prendre soin de soi.

Le stress et l'anxiété ne sont pas sains, ne vous laissez pas entrainer sur ce chemin.

Vous ne pouvez pas contrôler votre partenaire, mais vous pouvez vous contrôler et éviter d'empirer la situation

ETAPE 3 : Sachez prendre du temps pour vous !

Il est important que vous continuiez à avoir des activités pour vous.
Et surtout en temps de phases basses, que vous puissiez prendre l'air afin de vous préserver aussi.
On ne fera pas ici la liste des activités que vous pouvez faire car il en existe énormément mais faites ce qui vous fait plaisir (du sport, lire, vous balader etc)
La patience est importante mais chaque être humain a ses limites et il faut savoir repérer le moment où vous avez besoin aussi de vous aérer l'esprit.
Ne vous pliez pas au toc et continuer vos activités habituelles.

En cas de rupture du partenaire

Les partenaires de personnes souffrant du toc peuvent être victimes des actes en lien avec les pensées de celui-ci.
Il n'est pas rare de façon compulsive et sous le coup de l'anxiété que votre conjoint puisse mettre fin à votre relation.
Cela peut vous affecter fortement d'autant plus par le coté irrationnel des pensées de ce toc.

En prévention, il vous faut mieux appréhender votre partenaire afin qu'il n'arrive pas au stade de ruminations si importantes que son seul soulagement puis être...la fuite (en rompant)

Essayez de vous protéger en ne réagissant pas trop émotionnellement face aux attaques de votre partenaire, cela évitera d'empirer la situation.

Lorsque votre partenaire met fin à la relation, vous devez accepter que cela est fini (pour le moment ou non), il est difficile de faire changer d'avis un toqué en pleine rumination et argumenter avec ne ferait qu'empirer la situation.
Vous devez donc attendre que la phase basse passe et que votre conjoint revienne de lui même, ce n'est pas facile et pas certain mais il est assez peu fréquent que le partenaire ne revienne pas, une fois qu'il a réalisé son erreur en quittant la phase basse.

Le livre Sleeping with ROCD de D.M Kay est une source formidable d'informations sur comment gérer le toc du couple en tant que partenaire.
Cette page en inclus quelques éléments.
Vous retrouverez le lien pour le télécharger dans la page des ouvrages recommandés

×