Explications du Dr Guy Doron

Par Guy Doron, PhD, et Danny Derby, PhD

Exemple #1:

A l'âge de 30 ans, après plusieurs expériences amoureuses, Evelyn a trouvé quelqu'un qu'elle pense super.
Il était intelligent, beau, avait un bon job, et il se sentaient bien ensemble.
Après un an de relation, il commença à la presser de s'engager. Depuis, elle ne peut s'empêcher de penser "Est-il le bon? Est ce que je l'aime vraiment assez? Est-il l'homme de ma vie ou suis-je en train de faire la plus grosse erreur de ma vie?"
Elle vérifie alors si elle pense assez à lui au travail, ou bien si elle se sent détendue quand elle est avec lui, ou encore elle a des pensées de critique à son sujet.
Quand elle est malheureuse ou tendue, elle pense toujours "Peut-être est-ce parce que je ne suis pas heureuse avec lui? Peut-être que ce n'est pas "le bon". Evelyn est hautement stréssée et ses obsessions perturbent son travail et sa capacité de fonctionnement en société.

Exemple #2:  Jeffery, un homme de 35 ans, est marié depuis 5 ans. Il aime tendrement sa femme et pense qu'elle est super pour lui et une excellente mère. Il pense aussi que sa femme, une consultante en technologie est très intelligente. Chaque jour, cependant, il se sent stréssé et en colère. Il ne peut pas arrêter de penser qu'il pourrait trouver une meilleure partenaire. Bien qu'il clame qu'il est sûr que sa femme est intelligente et interressante. La pensée qu'elle ne soit pas aucune de ses choses surgit encore et encore. A chaque fois qu'il lit ce que d'autres femmes écrivent sur Facebook ou Twitter, la pensée " Ma femme n'aurait pas pu écrire de façon si interessante" survient.
Jeffery regarde après d'autres femmes, les écoute et les compare  à sa femme. Il réalise que le problème vient de lui, mais n'arrive toujours pas à se défaire de ces pensées. Ces pensées, comme il le clame, le consume la plupart de la journée. Elles le rendent irrité et il trouve qu'il ne profite pas de son temps avec sa femme et ses enfants.

Vue d'ensemble du toc du couple (ROCD)

Evelyn et Jefferysont sont en présence de ce qu'on l'appelle communément le Trouble Obsessionnel Compulsif sur le couple --- Ces symptômes d'obsessions compulsions qui se focalisent sur les relations intimes, dans les dernières années, ont été fréquemment mentionnés et discutés dans les forums/ groupe d'entraide, aussi bien que dans les médias.
Ce n'est que récemment cependant, que le ROCD a commencé à attirer l'attention des recherches. Comme il peut être vu dans les exemples au dessus, cette forme de TOC entraine souvent une détresse personnelle et relationnelle, et souvent détériore le fonctionnement dans les différents sphères de la vie, comme le travail, les études, ou la famille.

Il est commun que les gens aient quelques doutes sur la compatibilité de son partenaire ou de la relation à quelques moments durant leur relation romantique.
Dans les faits, experimenter des changements ou des sentiments opposés envers son partenaire est considéré comme une part naturelle du developpement de la relation intime. De la même façon, nous faisons tous plus attention aux défauts réels ou imaginés de notre partenaire au fur et à mesure que la relation progresse.
Cependant, pour quelques-uns, ces doutes et préoccupations communs sur le couple (dans le cas d'Evelyn) ou inquiétudes à propos des défauts perçus de son partenaire (comme Jeffery) devient de plus en plus destructeur, consommateur de temps et stressant.

Les personnes présentant le ROCD ont souvent noté ces symptômes dans les débuts de l'âge adulte. Dans ces cas là, les symptômes du ROCD semblent avoir eu un effet sur la plupart de leurs relations passées.D'autres personnes peuvent tracer leurs symptômes du ROCD depuis la première fois où ils ont fait face à des décisions importantes dans leur couple (se marier, avoir des enfants, emmenager). Les symptômes du ROCD peuvent aussi apparaitre sur d'autres thèmes que la relation en cours ( obsession sur le passé) et peut entrainer un évitement d'avoir de nouvelles relations.
Il est à noter que les symptômes du ROCD n'ont pas démontré une relation en rapport avec la durée ou le sexe du patient.

Les symptômes du ROCD ont été mis en lien avec des difficultés personnelles significatives (humeur, anxiété, d'autres symptômes de tocs) et des difficultés de couples (dissatisfaction relationelle et sexuelle). Les symptômes du ROCD peuvent apparaitre indépendemment d'autres formes de tocs, ou associés. Des recherches récentes de nos laboratoires ont comparé les personnes avec le ROCD , les personnes avec d'autres formes de tocs et les personnes sans aucun diagnostic de toc connu montrant des niveaux d'interferences similaires dans leur fonctionnement, détresse, tentatives de résistance et les degrés de perceptions de contrôle du aux symptômes à la fois du ROCD et des groupes avec tocs.
Ces recherches ont suggéré que les symptômes du ROCD peuvent être aussi déstabilisants que les autres formes de TOCS.

Les différents types de ROCD

Le ROCD inclut 2 présentations communes : centré sur la relation et centré sur le partenaire.
Dans le cas des exemples, Evelyn (Cas n°1) a le trouble centré sur la relation, alors que Jeffrey (Cas n°2) a le trouble centré sur sa partenaire.
Les personnes comme Evelyn avec le trouble centré sur la relation se sentent souvent accaparés par les doutes et inquiétudes sur leurs sentiments envers leur partenaire, les sentiments de leur partenaire à leur égard et la légitimité de leur experience relationnelle.
Ils peuvent de façon répétée se retrouver à penser "Est-ce la bonne relation pour moi?", "Ce n'est pas du vrai amour!" ," est-ce que je m'y sens bien?" et "est-ce que mon partenaire m'aime vraiment?"

 

Les personnes comme Jeffery qui présentent le trouble centré sur le partenaire peuvent se focaliser sur les défauts physiques de leur partenaire ("Son nez est trop gros"), les qualités relationnelles (" est-il assez sociable?" " elle n'a pas les qualités pour réussir dans la vie"), ou les qualités de personnalité, comme la morale, l'intelligence ou la stabilité émotionnelle (" elle n'est pas assez intelligente", "il n'est pas émotionnellement stable")

Les deux types de troubles peuvent souvent arriver en même temps, et parfois peuvent se renforcer l'un l'autre.
Beaucoup de personnes décrivent être préoccupées par un défaut perçu de leur partenaire (proportion du corps) en premier, puis être tourmenté par les pensées sur la légitimité de leur relation. Bien que moins commun, certaines personnes commencent par des doutes sur la relation puis deviennent alors préoccupées par un défaut de leur partenaire.

A quoi ressemble le ROCD?

En addition à des préoccupations obsessionnelles et des doutes, les deux présentations du ROCD sont associées avec une variété d'habitudes compulsives faites pour réduite leurs sentiments d'incertitudes, d'anxiété, et de détresse ou pour réduire la fréquence de telles pensées. Les compulsions communes incluent, mais pas seulement :

  • Contrôle et vérification de leurs sentiments ("est ce que je ressens de l'amour?"), comportements ("Suis-je entrain de regarder les autres?") et pensées ("Est-ce que j'ai des pensées de critiques envers elle?", "Est-ce que j'ai des doutes?")
  • Comparer leur relation avec celle des autres personnes comme leurs amis, collègues ou bien même des personnages de films romantiques ou séries TV.
  • Essayer de se rappeler les "bonnes" expériences avec leur partenaire du temps où ils étaient sûrs d'eux.
  • Consulter les amis, famille, psys, ou bien même des diseuses de bonne aventure sur leur relation

Les personnes avec le ROCD essayent d'éviter les situations qui pourraient déclencher des pensées intrusives ou doutes. Par exemple, ils peuvent éviter des situations sociales spécifiques, comme des amis qu'ils considèrent comme très amoureux, ou ayant une relation "parfaite". De façon identique, ils peuvent éviter des activités de loisirs particuliers, comme regarder un film romantique de peur de ne pas ressentir aussi "fort" ou "passionné" l'amour des personnages du film.

Les personnes avec le ROCD peuvent donner une grande importance aux relations de couple. Les evenements négatifs reliés à leur relation peuvent parfois leur causer un stress significatif et les faire douter de leur propre valeur. Les personnes avec le trouble centré sur le partenaire peuvent être particulièrement sensible à la façon dont leur partenaire se compare aux autres et la façon dont ils sont perçus par le reste du monde. Les situations où le partenaire est vu comme peu favorable ou quand le patient rencontre une potentielle alternative de partenaire, peut donc causer une détresse intense et déclencher de la préoccupation.

Les personnes avec le ROCD peuvent avoir une variété d'extrèmes croyances au sujet du couple qui peut les rendre plus sensible et emotionnellement réactifs aux problèmes de couple et aux doutes. Cela peut inclure des croyances sur les terribles conséquences d'être dans les mauvaises relations ("Une relation de couple qui ne se déroulent pas toujours bien est probablement une relation destructice") ou de quitter une relation existante ("Je pense que rompre avec un partenaire est la pire chose qui puisse arriver à n'importe qui") ou d'être célibataire ("La pensée de traverser la vie sans partenaire me terrifie")

Les croyances extrêmes au sujet de l'amour peuvent aussi rendre les patients vulnérables aux pensées et émotions négatives liées au couple. Des exemples sur de telles croyances au sujet de l'amour peuvent inclure "Si la relation n'est pas complètement parfaite, ce ne doit pas être le vrai amour", "si tu doutes de ton amour pour ton partenaire, c'est que tu n'es pas dans la bonne relation", et "si tu ne penses pas à lui tout le temps, il n'est probablement pas "le bon". Similaire à d'autres formes de tocs, croyances sur l'importance des pensées ("Si je pense à ça , cela doit signifier quelque chose"), des difficultés avec l'incertitude et un gros sens des responsabilités (tenter de prévenir un désastre est aussi mauvais que le causer) peut aussi augmenter la sensivité au ROCD.

Les traitements possibles pour le ROCD

Les traitements pour le ROCD sont similaires aux autres thérapies comportementales et cognitives que les TOCS. Avant que le traitement commence, cependant, il est important pour ceux avec le ROCD de reconnaitre que les symptômes perturbent leur possibilité d'experimenter complètementement leur relations : une réduction significatives des symptômes à travers le traitement peut donc permettre de prendre une décision au sujet de leur couple basé sur l'experience de celle-ci plutôt que sur les peurs liées au ROCD.

La thérapie inclut l'évaluation et la collecte d'informations, et retrace les symptômes du client. Le thérapeute et son client doivent aussi rechercher à comprendre les croyances et la vision de soi et des autres qui peuvent être affectés par les symptomes du ROCD.
Une variété de TCC (TCC, et exposition) et techniques experimentales (expositions imaginées) sont alors utilisés pour explorer et combattre ses croyances et vues, et réduire les habitudes compulsives.

Finalement, les traitements sont réevalués, les stratégies effectives sont récapitulées et les rechutes préventives sont plannifiées pour éviter les rechutes sur la route.

Recommended reading 

Doron, G., Derby, D., & Szepsenwol. O. (2014). Relationship obsessive-compulsive disorder (ROCD): A conceptual framework. Journal of Obsessive-Compulsive and Related Disorders, 3, 169-180.
Guy Doron, PhD, and Danny Derby, PhD, are Clinical Psychologists and Co-Directors of the Relationship Obsessive Compulsive Research Unit at the School of Psychology, Interdisciplinary Center (IDC) Herzliya, Israel (http://rocd.net). They have recently published a summary of findings from their lab’s research on Relationship OCD in the Journal of Obsessive Compulsive and Related Disorders. The following article presents some of those findings.

 

LIEN : http://iocdf.org/expert-opinions/relationship-ocd/

×